Dans un article à venir, nous aborderons les principaux éléments qui vous permettent de vendre un bien immobilier à un bon prix et dans un délai très court. Aujourd’hui, découvrons plutôt quand pouvez-vous dire que vous avez vendu rapidement et combien de temps faut-il pour vendre la maison ?

Un marché en évolution positive

En Italie, la FIAIP (Fédération italienne des agents immobiliers professionnels) a présenté des données sur le délai moyen de vente des propriétés résidentielles dans le pays. A première vue, les données du rapport montrent une image positive de l’évolution du marché immobilier.

Au cours des dernières années, pendant la crise économique, le marché immobilier a été surchargé de propriétés à vendre qui, en raison de la rareté de la demande, ont été stationnées là pendant longtemps. Maintenant, la demande augmente, les délais sont plus courts, mais le vendeur voit toujours un problème dans le temps qui passe. Logique.

Plus une maison reste invendue longtemps, plus elle perd de l’intérêt. Ainsi, il y a un risque de devoir baisser le prix pour attirer davantage les acheteurs potentiels. Dans ces cas là, il est possible qu’un prix de vente ait été fixé trop haut au début ou que la maison n’ait pas été annoncée et/ou estimée de la bonne façon.

Des achats immobiliers en augmentation

Le rapport immobilier du FIAIP pour 2018 révèle que la demande pour l’achat d’une maison a augmenté à l’échelle nationale de 15% par rapport à 2017 et que le délai moyen de vente a été considérablement réduit :

  • 4% des contrats sont conclus dans un délai d’un mois,
  • 15 % sur une période de un à trois mois,
  • 36 % (la majorité) de 3 à 6 mois,
  • 30% de 6 à 9 mois,
  • 15 % sur 9 mois.

Le temps qu’il faut pour vendre une maison n’est pas le seul thème de la recherche. D’autres données montrent qu’en plus des échanges, les loyers sont en hausse. En effet, par rapport à 2017, il y a eu une augmentation de 12 % des contrats résidentiels.

De plus, les résultats indiquent que les appartements les plus demandés sont ceux modernes et en bon état, de quelques mètres carrés, situés dans des zones centrales et semi-centrales. Les unités résidentielles les plus vendues sont les appartements de trois pièces (35 %) et les appartements de deux pièces (29 %). Ce sont donc les petites propriétés qui sont les protagonistes de la reprise. Une tendance qui s’applique à l’ensemble du pays et sans doute aussi aux principaux pays d’Europe qui évoluent aussi dans les mêmes circonstances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *